Les couches lavables, c’est compliqué ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

Laver des couches lavables sales ? Rien que d’y penser, ça dégoûte beaucoup de gens. Mais qu’en est-il vraiment ? Est-ce si compliqué ?

Dans cet article, je vais d’abord t’expliquer pourquoi les couches jetables sont à proscrire. Ensuite, je te raconterai mon expérience des couches lavables. Tu pourras alors juger si tu trouves cela compliqué ou non.

Cet article participe à l’événement inter-blogueur du blog Petit mais Costaud. J’apprécie ce blog car il est vraiment engagé, notamment pour l’accompagnement des bébés prématurés et de leurs parents.

Pourquoi éviter les couches jetables ?

Elles sont toxiques pour les bébés

Dans un rapport de l’ANSES de 2018, des résultats d’analyses de plusieurs couches à usage unique ont mis en évidence la présence de composés organiques volatiles, de pesticides (dont certains interdits dans l’Union Européenne), de dioxines, de furanes, de PCB, de formaldéhyde et d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Rien que ça.

L’ANSES précise que : “Des substances contaminantes ont été mises en évidence aussi bien dans les références de couches dites écologiques que dans les autres références“.

Suite à la détection de ces substances, une évaluation des risques sanitaires (EQRS) a été réalisée, notamment pour étudier le risque de solubilisation de ces molécules dans les urines.

Cette EQRS a mis en évidence des dépassements de seuils sanitaires pour plusieurs substances. L’ANSES conclue : “Aussi, à ce jour et en l’état actuel des connaissances, il n’est pas possible d’exclure un risque sanitaire lié au port des couches à usage unique“.

Elles sont chères

Le prix des couches varie bien sûr en fonction de la qualité. Pour un premier prix, on trouve des couches à partir de 0,10€. Si on se tourne vers des couches plus saines et écologiques, il faudra compte quatre fois ce prix. En 2011, le prix moyen d’une couche bébé est d’environ 0,25 € pour la France, tous produits confondus.

Le nombre de couches que bébé porte par jour est en fonction de son âge. Lors de ses 2 premiers mois il utilise en moyenne 6 à 7 couches minimum tous les jours. A partir du troisième mois, les changes sont un peu moins fréquents,  vous devez changer bébé 4/5 fois par jour. Pendant la période d’apprentissage de la propreté, généralement entre 2 et 3 ans, bébé ne met plus que 2 couches par jour.

Et oui, cela représente au total un peu plus de 4000 couches en moyenne sur 3 ans ! A ce rythme, chaque centime d’écart entre deux couches compte.

Soit un budget approximatif de 1000€ par enfant (de 0 à 3 ans).

Elles ne sont pas biodégradables

Les couches à usages unique posent un énorme problème environnemental. Comme nous l’avons vu plus haut, c’est plus ou moins 4000 couches jetables qui peuvent être utilisées PAR ENFANT ! Et ceux depuis les années 1980.

Et toutes ces couches mettent entre 400 et 500 ans à se dégrader. Autant dire qu’elle sont toujours là, quelque part. Soit dans des décharges, soit dans des résidus d’incinération, ou pire directement dans l’environnement, dans les océans…

Qu’en est-il des couches “biodégradables” ? Des marques affichent cet argument commercial. Cependant, quand on y regarde de plus près, elles ne le sont qu’en partie. Il reste toujours des éléments tels que les élastiques et les velcros qui ne sont pas biodégradables. C’est un moindre mal, mais nous allons voir qu’une meilleure solution existe : le lavable et réutilisable.

Les couches lavables

C’est quoi une couche lavable ?

Une couche lavable est généralement composée :

  • d’une partie imperméable à l’extérieur pour éviter les fuites;
  • de multiples boutons pressions pour que la couche s’adapte bien à bébé pour éviter les fuites. Ceci est également bien pratique pour que la couche “grandisse” avec bébé, et ainsi éviter d’en racheter aussi souvent que des vêtements.
  • d’un ou de plusieurs inserts absorbants, en coton, en bambou ou encore en microfibres.
  • d’un voile hydrophobe pour que bébé soit bien au sec.

Il est possible d’ajouter au dessus une feuille de protection jetable ou lavable qui va recueillir les selles de bébé pour faciliter le change et protéger les couches.

Combien ça coûte ?

Avec un prix affiché pouvant monter jusqu’à 30€, les couches lavables peuvent paraître très chères. Et pourtant, il existe des packs complets autour de 300€ ! Par exemple celui-ci chez LiliNappy. En allant vers le marché de l’occasion, tu peux trouver des lots complets à moins de 100€.

Les personnes qui ont lu cet article ont également lu :  Ma meilleure recette de lessive

Loin des 1000€ nécessaires pour l’achat de couches jetables durant 3 ans, les couches lavables permettent de mieux maîtriser son budget. C’est également un accessoire incontournable à mettre sur sa liste de naissance !

Quelles couches lavables choisir et comment les utiliser ?

Loin de moi l’idée de te faire un cours. Humblement, je reconnais que je ne suis pas une experte. Ainsi, je te renvois vers le site de référence sur les couches lavables : couches lavables et compagnie. Tu y trouveras une offre d’accompagnement, ainsi toutes les idées reçues sur les couches lavables décryptées et démontées.

Mon expérience des couches lavables

Revenons à notre sujet. Tu penses que c’est compliqué ? Et bien je l’ai fait ! De manière bien imparfaite, mais je l’ai fait. Je vais te raconter comment ça s’est passé pour moi.

Mes couches lavables

Face à la multitude de modèles de couches différents, je me suis dit que j’allais d’abord en tester quelques-unes avant d’en racheter.

Alors j’ai acheté 10 couches lavables “tout en 1” (ou TE1 pour les intimes) et 20 inserts en bambou amovibles. A chaque change, je changeais donc la couche complète et non que l’insert comme sur les tout en 2.

Mes anciennes couches lavables
Les anciennes couches lavables de ma fille, jolies n’est-ce pas ?

Mon organisation

Ces 10 couches représentent plus ou moins 2 jours d’utilisation. Ainsi, j’ai pris le plis d’utiliser pendant 2 jours des couches lavables. Puis je les lavais et pendant qu’elles séchaient, ma fille portait des couches jetables.

Pour ma part j’ai opté pour les films de protection jetables. Minimisant la quantité de déchets à chaque change, ils permettent de se débarrasser facilement des selles, et ainsi d’entretenir uniquement des couches pleines de pipi.

A la maison, je stockais les couches sales en attente du lavage dans un seau hermétique dans lequel je mettais quelques gouttes d’huiles essentielle de Tea Tree pour éviter le développement des microbes et les mauvaises odeurs associées.

En dehors de chez moi, en plus d’une ou de plusieurs couches propres, je prenais toujours avec moi un sac étanche pour stocker les couches sales. C’est la seule chose en plus à prévoir quand vous passez aux lavables.

Une fois toutes les couches utilisées, je les mettais en machine avec un produit désinfectant. Et oui, je n’ai jamais lavé une seule couche lavable ! C’est ma machine qui s’en est chargé… Un cycle à 90° une fois tous les 3 fois pour décrasser les inserts et la machine et tout reste nickel.

Après le lavage, je retirais les inserts de la couche pour accélérer le séchage (au soleil quand la météo le permettait). Une fois le tout sec, il était un peu long et fastidieux de remettre tous les inserts afin que les couches soient prêtes.

Mes défis

Sur le même temps, je n’ai pas reçu un accueil très encourageant de mon entourage. Et ma fille portait des couches jetables lorsqu’elle était gardée. Bref, ça ne m’a pas incité à en racheter d’autres. Surtout qu’elle allait sur ces 2 ans et qu’elle commençait le pot.

Avec le recul, je pense que le principal problème dans ma pratique des couches lavables c’est que je l’ai fait seule. J’aurais certainement mieux réussi si j’avais été mieux formée et accompagnée. Tout comme pour l’allaitement d’ailleurs…

En bref

Ce que je peux te dire, c’est qu’un change reste un change. Ouvrir une couche malodorante n’est pas plus agréable en fonction de la couche utilisée.

Je suis assez fière d’avoir mis des couches lavables à ma filles. Même si tout n’était pas parfait, même si elle a également porté des couches jetables, je retiens que des centaines de couches jetables sont été “économisées” grâce à ça.

Et ce n’était pas si compliqué ! Une simple question d’organisation, tout comme la gestion du linge sale en général.

Toi aussi lance-toi ! Forme-toi, fais-toi accompagner, et tout se passera bien.

Ou bien peut être as-tu déjà utilisé des couches lavables. Si c’est le cas, dis nous en commentaire comment ça s’est passé pour toi !

Sources :


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    3
    Partages
  • 1
  •  
  • 2
5 comments
  1. Bonjour Charlène,

    Très bel article qui montre oh combien il existe aujourd’hui une alternative simple, économique et écologique aux couches jetables. J’en ai utilisé pour ma fille quand elle était bébé (aujourd’hui elle a 14 ans) et j’en ai été ravie. Malheureusement, à l’époque, en journée, dans la crèche où elle était gardée, ils n’avaient pas accepté de les utiliser. Il ne me restait plus que les soirs et les weekends.
    Je reste malgré tout une grande fan des couches lavables.

    1. Malheureusement c’est encore vrai aujourd’hui, beaucoup de crèches refusent les couches lavables…
      Ça peut être décourageant mais je pense qu’il vaut mieux les utiliser partiellement que pas du tout !

  2. Bonjour Charlène,
    Waouh ! 1000 Euros par enfant ?
    Mais c’est énorme et là on ne parle même pas des conséquences sur l’environnement et la santé.
    Piou…
    Je ne m’attendais pas à de telles quantités non plus (je n’ai pas d’enfants aussi est-ce difficile pour moi d’imaginer cela).
    Ce que je retiens c’est qu’il faut certes de l’organisation mais franchement même à 300 Euros un pack reste une bonne affaire.
    C’est comme tout, il faut prendre le pli et s’organiser.
    Bien que le sujet soit différent cela me rappelle quand je suis passée à la cup menstruelle. Au début ce n’était pas évident, maintenant ma cup et moi on est super cupine 😉
    Comme tu le dis si bien, être seule dans une démarche sans être formé n’est pas forcément évident. Cependant malgré certaines difficultés (il faut se souvenir que ce sont les débuts les plus durs) cela vaut vraiment la peine de s’inscrire dans cette démarche, surtout quand on voit la toxicité des produits…
    Les bébés méritent bien quelques efforts et notre planète aussi !

    Merci pour ce super article !

    Au plaisir

  3. Super article, je pense qu’il est grand temps de faire attention à ce que l’on consomme et pour le bien être des enfants, les couches lavables doivent être plus sur le devant de la scène.

  4. Merci pour cet article qui survole bien le sujet. J’ai utilisé des couches lavables pour mes deux enfants (donc des économies en plus) et c’est vrai qu’il s’agit surtout d’une question d’organisation.
    Nous avions assez de couches pour faire un roulement, mais la machine à laver tournait tous les jours (un jour les couches, l’autre le reste du linge).
    Certes, l’utilisation n’est pas toujours agréable (les protections jetables n’arrêtent pas tout…). En revanche, au contraire des couches jetables, nous n’avons jamais eu de “débordement” 😉 Les couches sont parfois sales, oui, mais seulement les couches.
    Amicalement
    Valérie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *