Écologie solidaire : trois livres inspirants

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

Dans notre société trop souvent tournée vers les écrans, où les réseaux sociaux peuvent isoler, il est temps de se tourner vers des valeurs humaines telle que l’entraide et la solidarité. Tout en poursuivant une transition écologique indispensable. Mais alors, comment concilier les deux ? Qu’est ce que l’écologie solidaire ? En quoi l’écologie peut-elle être solidaire ?

Pour répondre à ces questions, je vais ici te parler de trois livres qui m’ont inspirés, qui m’ont fait grandir dans ma démarche écologique et qui m’ont amené vers une transition plus solidaire.

J’écris cet article dans le cadre de l’événement inter-blogueur du blog Des livres pour changer de vie. Sur ce blog, tu pourras trouver des chroniques de livres dans des thématiques business, mais aussi sur le minimalisme par exemple. J’ai particulièrement aimé la chronique sur Marie Kondo et la méthode Konmari.

Pour une écologie solidaire envers les travailleurs

Le livre Zéro déchet de Béa Johnson

J’ai déjà parlé du livre Zéro déchet sur ce blog. Ce qui nous intéresse ici, ce n’est pas comment réduire ses déchets d’une manière générale, mais l’aspect “locavorisme” qui y est abordé.

En effet, Béa Johnson nous explique qu’elle fait le choix de consommer des aliments bruts produits localement, et achetés chez les producteurs ou des petits commerçants locaux.

Ce mode de consommation favorisant les produits locaux et dit aussi “locavore”. Il permet de dynamiser les territoires, de diminuer le taux de chômage et de consommer de manière plus respectueuse de l’environnement.

C’est aussi favoriser les échanges et les relations humaines, luttant ainsi contre l’isolement dont souffre trop de personnes de nos jours. Contrairement aux caisses automatiques des supermarchés, consommer local vous permettra bien souvent de connaitre le prénom de vos commerçants et producteurs, et d’entretenir de bonnes relations avec ces personnes.

Rendez-vous chez un spécialiste : un glacier peut remplir votre bocal de glace ; une confiserie votre sac en tissu de bonbons ; un moulin à huile, votre huilier en inox. De nombreux détaillants y sont ouverts. Essayez les halles (beurre, crème fraîche), un apiculteur (miel), un magasin de produits exotiques (épices), un viticulteur (vin), une brasserie (bière),

Zéro déchet, Béa Johnson
Solidarité envers les producteurs locaux

Ce que m’a apporté ce livre

Après la lecture de ce livre, je me suis détournée des supermarchés. Ça m’a permis de découvrir de bons produits, vendus par des personnes passionnées par ce qu’elles font.

J’ai par exemple découvert un petit brasseur à quelques centaines de mètres de chez moi. Il a à cœur de transmettre son savoir faire, et fait visiter sa brasserie artisanale avec plaisir. De plus, la vente se fait en bouteilles consignées, ce qui me permet de ne pas produire de déchets d’emballage.

Je ne vais pas te mentir, faire ses courses en faisant une tournée de producteurs et commerçants, cela prend plus de temps que de commander un drive dans un supermarché. Mais je considère que c’est du temps de qualité passé à choisir avec conscience mon alimentation et dans le respect de mes valeurs de solidarité envers les petits producteurs. C’est aussi un vote contre l’élevage et l’agriculture intensive.

Pour une écologie solidaire envers le règne animal

Le livre No steak, d’Aymeric Caron

La consommation de viande grandissante dans nos sociétés a un rôle important dans la déforestation, l’appauvrissement des sols, l’épuisement des ressources en eau potable, la pollution des sols et des eaux, la diminution de la biodiversité et même la sixième extinction de masse.
Rien que ça.
Sans oublier la souffrance animale…

Les personnes qui ont lu cet article ont également lu :  Comment réduire ses déchets ? Les "100 astuces" de Béa Johnson

Je ne te ferai pas l’affront de l’illustrer par des images. Je pense que tout le monde a déjà vu des images d’élevages intensifs, hors sol.

On sait aujourd’hui que presque tous les animaux éprouvent douleur et souffrance. La douleur est une situation désagréable ou insupportable en un point du corps. La souffrance, quant à elle, désigne une douleur qui peut être aussi bien physique que morale. On peut souffrir sans agression physique, à cause de la frustration, de la peur, du manque, de l’angoisse etc.

No steak, Aymeric Caron
écologie solidaire envers les enfants et les animaux

Ce que m’a apporté ce livre

C’est ce livre qui m’a amené à réduire radicalement ma consommation de viande. Je ne suis pas devenue strictement végétarienne, mais je sais que mon alimentation actuelle est beaucoup plus écoresponsable.

En revanche, je pense qu’il est possible d’élever des animaux dans les jardins, en liberté et dans le respect du bien être animal. Les poules domestiques en sont un très bon exemple.

Pour être solidaire envers les générations futures

Le livre Vers la sobriété heureuse de Pierre Rabhi

Dans ce livre, Pierre Rabhi nous raconte son enfance et ses années passées dans les Cévennes. Avec sa femme, ils ont acheté une petite ferme dans laquelle ils ont vécu pendant 7 ans sans eau courante et pendant 16 ans sans électricité.

Ce mode de vie choisi permet de ne pas consommer plus que la nature a à nous offrir, protégeant ainsi les ressources naturelles. Cette résilience permet d’être solidaire envers les générations futures.

Selon l’auteur, la sobriété pourrait être une solution à ce qu’il appelle la solidarité compassionnelle (aide sociale, organisations caritatives).

La sobriété devient facteur de justice et d’équité, mais cela nécessite obligatoirement de renoncer au modèle actuel, fondé sur la toute-puissance de l’argent.

Vers la sobriété heureuse, Pierre Rabhi
Solidarité envers la terre et les générations futures
Image par PierreGilbert de Pixabay 

Ce que m’a apporté ce livre

Bien loin du mode de vie de Pierre Rabhi, ce livre est encore aujourd’hui pour moi un moteur qui m’amène vers plus de résilience. Bien qu’encore propriétaire d’une voiture, j’utilise de plus en plus le vélo.

Je cherche également à réduire ma consommation d’eau et d’électricité. C’est avec une grande fierté que j’ai mis en place un système de collecte des eaux de pluie. Ces eaux servent actuellement uniquement à l’arrosage du jardin. Ce sera une encore plus grande fierté lorsque j’installerai un système de filtration pour utiliser ces eaux de pluie dans la maison.

Ce qu’il faut retenir

Quand on pense écologie, on pense souvent aux petits gestes individuels. Tel le colibri de Pierre Rabhi, il est important que chacun fasse sa part.

Mais cela ne signifie pas un mode de vie centré sur soi, ou égocentrique. Bien des actions écologiques nous permettent d’être plus solidaires les uns envers les autres.

Vivre de manière plus écologique, c’est aussi se recentrer sur des vraies valeurs tels que le bien-être humain, animal et la protection de la nature.

Ces trois livres ont été à l’origine de mon changement de consommation. Et toi, quel livre a été déclencheur pour toi ? Dis-le-moi en commentaire !


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    5
    Partages
  • 4
  •  
  • 1
4 comments
  1. Bonjour Charlène, moi c’est le livre Vers la sobriété heureuse de Pierre Rabhi qui m’a le plus marqué. Super ton blog !! 😉

  2. Merci pour ces idées, je me lance également dans le zéro déchet.
    Je vais lire le livre de Pierre Rabhi.

  3. Hello Charlène ! J’ai bien aimé aussi le livre de Bea Jonhson mais il y a quand même quelque chose qui me chagrine dans son bouquin. Si je me rappelle bien, elle passe d’une maison de 250m2 à 150m2 à peu près, donc je pense que l’accumulation des objets se voit moins chez elle que chez moi 🙂 Avec mes 60m2 pour 3, je suis sur le bon chemin !!! Ça t’avait fait le même effet qu’à moi quand tu as lu ce passage?

    1. Bonjour Marie, oui certes ils vivaient à 4 dans 150m² mais en mettant en location leur maison sur Airbnb. Je sais d’expérience que pour pouvoir louer sa maison, il faut vraiment qu’elle soit épurée.
      Nous sommes actuellement dans un 33m² à 3, et c’est possible grâce au minimalisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *